jeudi 10 septembre 2020

Nous avons lu la série de contes pour enfants "différents مختلفون"

Je suis une grande fan de M. Nebil Belhaj, illustrateur aussi doué que modeste. Ses leçons sont inventives lorsqu'il anime des ateliers pour enfants, sa palette va des BD au dessin en passant par le portrait. Je vous avais déjà parlé de son magnifique ouvrage sur le dessin, orienté cartoon, en arabe, très bien expliqué: كيف ارسم.  Je suis toujours à l'affût de ce qu'il illustre, ou ce qu'il publie. 
Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir des petits contes de Mezah Abir aussi originaux que magnifiquement illustré par N. Belhaj. J'ai eu la chance de découvrir toute la série chez El Moez lors de sa fameuse foire des livres sans couverture, je vous en parlais sur instagram. 

Des héros un peu bizarres

L'idée est originale, ce sont des portraits de personnages un peu gauches, bizarres, qui pourraient facilement être la cible de moquerie ou de harcèlement (chez les enfants...). Il y a aussi des vices ou des travers plus fréquents. On a donc  par exemple dans cette série M. Idée qui déborde d'inventivité mais n'arrive pas à s'organiser, M.  Contraire , un peu gauche voire dyspraxique qui doit pourtant réussir à passer son permis, ou encore M. Sale qu'on aime bien mais qui à force pourrait bien devenir dégoûtant...
Je ne vais pas vous raconter les histoires qui sont très sympathiques, avec des fins heureuses et parfois drôles ou inattendues. La langue est simple, l'auteure décrit avec bienveillance et précision le problème du personnage, et ses amis tentent de lui trouver une solution. 

Présentation et public

Quelques phrases pour chaque page illustrée, un petit format, qui convient pour de petits lecteurs, je dirais en deuxième année primaire. Personnellement, je les ai lus pour Lola qui a 4 ans. Vu qu'elle comprend plutôt bien l'arabe, et qu'elle est très sensible à la différence entre littéral et tunisiene, le message passe. Bien sûr, lire pour une enfant qui ne lit pas encore implique qu'on "théâtralise" davantage, parfois je réduis le texte (pas ici) ou je le simplifie, mais j'essaye de ne pas trop en sortir. En d'autres terme, comme c'est une lecture personnelle, je  ne la sollicite pas trop pour ne pas rompre le texte ( cela voudrait dire que je le ferais en tunisien... et j'essaie de ne trop 'traduire' sauf quand ce n'est pas clair).





On a adoré

Le message est aussi positif que nécessaire dans un monde où on formate et où on cherche la perfection, la norme, et même les moules. Je trouve que c'est une mission très précieuse que se sont donnée les auteurs, sans morale ennuyeuse ni mots creux. Beaucoup d'humour et de bienveillance, et surtout chose que Lola a adoré, les personnages reviennent d'un conte à l'autre. Elle a même repéré des personnages qui mériteraient bien une histoire comme M. Organisé !!  C'est sa série de livres de chevet du moment, que je vous recommande vivement. Il y en a six en tout au prix modique de 2d500. A acheter ou à offrir de toute urgence.

vendredi 7 août 2020

Séjour à Kerkena, île de beauté

Ce séjour date de l'été dernier, avouons-le. Mais notre séjour s'était passé en toute fin d'été et j'ai aussitôt plongé dans une année scolaire qui allait être aussi chaotique que longue (j'ai fini fin juillet cette année...). Je ne souhaitais pas publier un article à la va vite qui n'aurait pas collé avec la période de rentrée, et nous y voilà. Les fortes chaleurs, et la menace du Corona qui fait déserter les hôtels et les  plages bondées. Quoi de mieux qu'une île, à l'ambiance assez exceptionnelle de calme?








Kerkena est une île mais c'est aussi et surtout une "bulle". Le temps s'y distille lentement, il y règne une certaine douceur de vivre, un calme qu'on trouverait difficilement ailleurs. Pour tout vous dire, je suis originaire de Kerkena par mon défunt père, mais des circonstances un peu complexes ont fait de moi une touriste en quelque sorte. J'y ai séjourné quelques fois, durant mon adolescence, et j'y ai passsé suffisamment de temps pour comprendre que cette douceur de vivre, cette bonté, cette générosité des kerkenais et cette modestie sont assez spéciales. Les gens, même  bien installés ailleurs, y ont leurs attaches et quel que soit le métier qu'on fera, on y reviendra toujours  pendant ses vacances aider et pêcher si tel est, comme pour beaucoup d'habitants, la source de revenus de la famille. C'est ce que m'avait expliqué un homme devenu professeur qui troquait ses copies et ses livres pour la barque du paternel, pour pêcher chaque jour. Evidemment, pour moi qui aime les mets maritimes,et qui suis plutôy mer que terre en matière de goût, cela s'apparente un peu à une vie de rêve hhhhh!


Kerkena, à vrai dire, n'est pas UNE île mais un archipel avec deux grandes îles habitées Chargui et Mellita, reliées par une chaussée romaine et les autres encore sauvages ou presque, car ramener de quoi construire sur une île déserte est aussi périlleux que coûteux. Cet été-là, nous avions eu la chance de nous voir prêter la maison de vacances d'un ami, juste en face de la mer, sur Chargui. 

La traversée en mer, assez longue, se fait au bac dont on nous avait clairement conseillé de faire la réservation par internet sur le site de la sonotrack. Il est vrai que l'attente peut être très longue, on gagne ainsi beaucoup de temps. La traversée de l'aller s'est très bien passée, mais au retour, nous étions un peu paniqués de ne pas trouver où imprimer notre réservation... J'ai donc montré cela sur l'écran de mon smartphone et j'ai bien fait, c'était assez courant. Le retour fut un peu plus chaotique, les agents peuvent être bourrus et désorganisés, laisser passer les "potes" pour couper les files d'attente. Il faut s'armer de patience et surtout réserver, pour garantir même avec un peu d'attente tout de même sa place. 


C'était pour nous un séjour éclair, de trois jours, où il n'y avait pas vraiment de festival ou d'activités, mais nous avons pu profiter de la mer pure, faire une sortie en bâteau et visiter un musée. Le sol est presque aride trop salin  pour faire pousser une végétation luxuriante, c'est donc un paysage de palmiers à perte de vue qu'on croisera le plus souvent. Je sais que le tourisme s'y est développé, beaucoup de belles villas attestent du fait qu'elle offre un séjour unique, un havre de paix mais je ressens tout de même beaucoup de frustration de ne pas voir ce lieu magique être mis à l'honneur plus souvent. Ce n'est pas que je regrette l'exploitation touristique à gogo au détriment de l'écologie comme ailleurs mais Kerkenah reste à l'abandon par les gouvernements là où cela pourrait devenir un lieu pionnier pour un tourisme responsable.

Phénomène aussi fascinant que bien visible pour les enfants: la marée. En face de la maison, des escaliers plongent dans la mer, peu profonde. L'eau y gagne environ deux marches chaque jour, et c'est ainsi qu'on observe les eaux monter ou décroître. Du coup, on ne peut pas y nager longtemps si on est plutôt amateur de crawl mais cela reste une baignade de farniente, que j'apprécie, ma foi! Voici une vidéo qui montre cette marée à Kerkena. Pour profiter et bien nager, le mieux est de faire une sortie en bateau et de nager à quelques dizaines de mètres de la plage. Nous ne l'avons pas fait, mais beaucoup en profitent pour faire un pique-nique au bord des nombreuses îles vierges de l'archipel.

Il n'y a pas eu de passages au resto, hhh, mais on a eu droit- je vous parlais de la générosité des kerkenais!!!- à des poulpes gracieusement offerts par des amis des amis à peine croisés, que je me suis fait un plaisir de cuisiner, en grillades et en salade.  On a tout de même pu voir que les prix, île oblige, étaient assez élevés pour les denrées basiques. Le magasin le plus achalandé était le bien nommé 'archipel"., pas loin du marché aux poissons. 

Nous avons pu visiter un musée assez coquet, initiative personnelle d'un amoureux de l'île, qui lui a consacré un lieu- hommage à ses arts, son histoire, son patrimoine et ses hommes: Dar el Fehri. Joliment décoré, riche en objets patrimoniaux, le musée se laisse découvrir dans une maison qui accueille parfois des stagiaires ou des visiteurs en auberge, d'après ce qui en est dit dans la brochure. Une petite boutique propose des objets et des livres en vente à des prix acceptables.  Je n'ai pas réussi à trouver de site (!!!) mais voici un lien qui en parle, tripadvisor aussi.





Regret...Nous avons croisé au gré de notre visite l'écriteau indiquant la maison d'un grand homme, et non des moindres, un des piliers de la lutte syndicale qui a été aussi une lutte contre la colonisation: Farhat Hached. Hélas,  mille fois hélas, rien n''indiquait plus que cet écriteau, ce qui se trouvait dans ces lieux, une maison? un musée? une affiche commémoratrice? Rien, rien, rien!!! On a eu beau descendre, chercher, craindre même de déranger, mais on est revenu bredouille...






Comme je le disais, une île aussi préservée, à la sérénité unique, à l'histoire aussi riche mérite tellement mieux! En attendant, si l'occasion vous est donnée d'y aller, que cela soit à l'hôtel, en nomaison d'hôtes, ou chez un ami, n'hésitez pas, cet article d'un amoureux de l'île en témoigne. Un site amateur mais passionné et plutôt bien documenté lui est consacré aussi. 


 Amateurs de paysage serein, de calme, de couchers de soleil, de plage vierge, Kerkena est un lieu de rêve!






lundi 3 août 2020

Ma liste de valise de vacances en sketchnote

Un image vaut mille mots, je vous la fais donc courte: j'ai réuni mes indispensables de vacances sur un sketchnote. La liste me sauve souvent, car la faire me garantit de pouvoir faire ma valise rapidos, même à la dernière minute (pensez-y avec un mari qui se décide sur un coup de tête!), je la partage avec vous ici. 
Valise de vacances en sketchnote 


La liste a beaucoup évolué depuis que les enfants ont grandi mais l'essentiel est là. Si vous avez des enfants plus jeunes, il faudra leur prévoir une catégorie à part avec couches, sac à langer, biberons s'ils le prennent, et de quoi  se déplacer. J'espère ne rien avoir oublié! Bonnes vacances et no stress!!!






Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...